Rôle des parents

Accompagner les enfants au quotidien

L’école Montessori construit et promeut un partenariat responsable entre les éducateurs et les parents des élèves.
Cette école est la maison des enfants, ils doivent chaque jour y être accueillis dans le respect de leurs besoins, de leur rythme et trouver toujours matière à découvrir, à s’enrichir, à grandir.

Toute une équipe (enseignants, aides maternelles, intervenants, secrétaire, directrice) œuvre chaque jour pour que cet accueil soit le meilleur possible.

Vous avez, vous aussi, parents, un rôle à jouer.

Il ne pourra pas mettre ses capacités en œuvre si vous doutez de lui.

Chaque enfant est différent, et la pédagogie Montessori avec ses groupes d’âges mélangés est justement basée sur l’émulation entre les enfants.
Chaque enfant est unique. Il se développe à un rythme qui lui est propre.
Généralement, chacun passe à travers les mêmes étapes de développement, mais à des moments qui peuvent être fort différents. Par exemple, certains enfants apprennent à lire en quelques mois tandis que d’autres auront besoin de plus de temps. Pour plusieurs autres sujets d’apprentissage, c’est la même chose.
Notons également qu’au cours des premières années à l’école, il peut exister une différence significative entre la maturité des garçons et celle des filles. Cette différence affecte ainsi l’apprentissage. Évitez de comparer et de critiquer votre enfant.
Si vous avez des inquiétudes, venez nous en parler, nous ferons le point ensemble sur l’évolution de votre enfant.

Apprendre à faire des choix, à les assumer, permet d’accéder à l’autonomie.
Apprendre à contrôler son erreur aide les enfants à avoir une bonne estime de lui-même. L’erreur fait partie du processus d’apprentissage, c’est en expérimentant, en tâtonnant qu’on trouve la bonne solution.

« Aide moi à faire seul » est la devise de l’école.

Vous pouvez aider votre enfant, mais ne faites pas à sa place. Maria Montessori nous dit que :

« toute aide inutile est une entrave au développement. »

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne faille rien faire, ni laisser tout faire.
Pour grandir les enfants ont besoin des adultes qui leur montrent le chemin, qui leur transmettent un héritage culturel : une langue pour s’exprimer, une histoire pour se situer, une culture pour appréhender le monde, des savoir-faire et des outils pour résoudre les problèmes qu’il rencontre.
C’est le rôle éducateur de l’adulte, qu’il soit parent ou enseignant.
Mais seul l’enfant en grandissant, peut décider de s’approprier ce qui lui est transmis.
Apprendre est un acte libre, vous pouvez encourager vos enfants, les aider, mais vous ne pourrez jamais apprendre à leur place.

C’est par un dialogue respectueux du rôle de chacun que nous aiderons les enfants à grandir en donnant le meilleur d’eux-mêmes.
Le partage des tâches entre la famille (qui gérerait l’affectivité) et l’école (qui s’occuperait des savoirs) n’est jamais aussi simple.
Un enfant qui a des problèmes affectifs ne sera pas en bonne situation d’apprentissage, de même un enfant qui rencontre des difficultés à l’école pourra s’en trouver perturbé affectivement…

Les enseignants ont un rôle de transmission des connaissances, et accompagnent l’enfant dans sa construction afin que chacun développe ses talents personnels. Ils ne sont pas de gentils organisateurs, ni des bonnes à tout faire, ni des psychiatres, ni des parents de substitution.

Les parents ne sont pas exclus de toute transmission des savoirs, bien au contraire. Ils sont en priorité des « professeurs d’intelligence » c’est-à-dire ceux qui permettent à leurs enfants de saisir toutes les occasions possibles pour faire penser et réfléchir.

Aider quelqu’un à grandir, c’est lui apprendre à tirer des conclusions de ses expériences et non à appliquer sans discernement des règles prétendument universelles.
Eduquer un enfant c’est l’accompagner sur les chemins de la découverte.

Accompagner, c’est justement l’étymologie du mot pédagogie.

Nous voulons tous, parents et enseignants, une école de qualité pour nos enfants.
C’est notre droit ; c’est même notre devoir.
Mais la qualité ne se décrète pas, elle se construit.
Chacun a un rôle à jouer dans cette construction, c’est un véritable travail de collaboration entre les éducateurs et leur famille dont les enfants sont les bénéficiaires.

L’investissement des parents dans la vie de l’école

L’école est une « communauté éducative » qui rassemble les élèves et tous ceux qui participent à leur éducation.
Les parents en sont donc membres à part entière et peuvent par leurs actions soutenir et enrichir l’école afin que celle-ci soit toujours la meilleure possible et offre un environnement épanouissant aux enfants qu’elle accueille.

Les parents sont invités à participer, à titre bénévole, à la vie  de l’école par l’intermédiaire de l’association des parents d’élèves APEM ou de l’OGEM.

L’École Montessori de Lyon est un organisme à but non-lucratif qui ne reçoit aucune aide financière de l’Etat, elle ne peut compter que sur ses ressources propres (les frais de scolarités versés par les familles et l’énergie de chacun). Il est donc important que ces ressources soient utilisées au mieux.

Albert Jacquard nous rappelle que :

« Nous venons à l’école pour apprendre à tisser des liens, »

des liens cognitifs pour devenir sujet intellectuel, des liens affectifs pour se construire comme sujet-personne dans son identité, des liens humains pour devenir sujet social, des liens culturels pour s’humaniser.
Ce travail de tissage s’élabore notamment à travers la relation pédagogique que les éducateurs Montessori mettent en place.

Ce tissage, pour garder le terme d’Albert Jacquard, concerne aussi les adultes qui ont en charge l’éducation des enfants.
Des liens de partenariat peuvent ainsi se créer entre les éducateurs et les parents mais pour que ce travail soit efficace et respectueux du rôle de chacun il faut qu’il se construise dans un cadre contenant, sécurisant et permettant de véritables échanges.
C’est le travail des deux associations de l’école : chaque parent peut en fonction de ses disponibilités, de ses talents, trouver une action au service de l’école.
Mais ne perdons pas de vue que ce sont les enfants qui doivent être les « bénéficiaires » de ce travail en partenariat !

Préparation des crêpes pour Mardi GrasPréparation de la fête de Noël

La randonnée