Maria Montessori

Maria Montessori, une pédagogue révolutionnaire
Maria Montessori, figure de proue des sciences de l’éducation

Maria Montessori

1870 – 1952

Maria Montessori naît en Italie le 31 août 1870. Elle suit des études de médecine contre la volonté de ses parents, celles-ci étant à l’époque réservées aux hommes. En 1897, elle est la première femme à obtenir le diplôme de médecine en Italie. Elle poursuit des études de biologie, de psychologie et de philosophie entre la France, l’Angleterre et l’Italie. Elle travaille à la clinique psychiatrique de Rome auprès d’enfants mentalement handicapés. Elle considère que ceux-ci ont plus besoin d’une aide pédagogique que médicale et découvre les recherches de deux médecins français : Edouard Seguin et Jean Itard. Elle fera construire le matériel d’Itard et de Seguin pour ces enfants ; Certains se présentent alors aux examens de fin d’études primaires et obtiennent d’excellents résultats.

Après quatre années en tant que professeur à l’Institut Pédagogique de l’Université de Rome, on lui confie de jeunes enfants jusqu’alors livrés à eux-mêmes dans le quartier ouvrier de San Lorenzo, à Rome. C’est en janvier 1907 que Maria Montessori ouvre la première école Montessori, appelée « Casa dei Bambini » (maison des enfants). Elle fait aussitôt construire des meubles proportionnés à la taille des enfants, ce qui est alors révolutionnaire. Elle recrute une assistante avec laquelle elle s’occupe d’une cinquantaine d’enfants, leur proposant le matériel pédagogique qu’elle avait conçu pour les enfants handicapés. C’est dans une attitude de recherche qu’elle observe les enfants évoluer spontanément dans un environnement qu’elle a préparé pour eux. Elle adapte le matériel en fonction de ses observations et élabore de nouvelles activités. Elle est surprise par les capacités de concentration et d’autodiscipline des jeunes enfants. Elle observe que les enfants ont besoin d’ordre, de choisir librement leurs activités, de pouvoir répéter celles-ci aussi longtemps que bon leur semble et autant de fois qu’ils le souhaitent, car ils recherchent plus l’activité en elle-même que sa finalité. C’est ainsi qu’elle explore et découvre progressivement une nouvelle pédagogie qu’elle appellera « scientifique » et qui deviendra la méthode Montessori !

Maria Montessori et les enfantsMaria Montessori sur un banc avec des enfants

Les progrès des enfants dont elle s’occupe sont si impressionnants qu’on vient des quatre coins du monde pour visiter cette nouvelle école ! Une deuxième Maison des Enfants s’ouvre dans un autre quartier pauvre de la ville. La renommée de Maria Montessori devient mondiale. Elle rédige plusieurs ouvrages au sujet de la pédagogie, de l’enfant et de son développement. Elle parle d’auto éducation. Tout le monde veut connaître sa recette. Et justement ce n’en est pas une, c’est une approche, un état d’esprit. C’est pour répondre à ces demandes pressantes de formation qu’elle créé en 1909 un cours d’éducateurs pour les enfants de 3 à 6 ans, puis un autre pour ceux de 6 à 12 ans. Ces formations visent à développer sa méthode en proposant un nouveau regard sur l’enfant, ce qui nécessite une conversion intérieure et une démarche d’humilité de la part des éducateurs. Les écoles se multiplient. Mais ce développement fulgurant est interrompu par la guerre de 1914. Maria Montessori s’exile aux Etats-Unis où de nombreuses écoles ont déjà vu le jour, jusqu’à la fin de la guerre. Maria Montessori donne des conférences et des cours de formation dans de nombreux pays, formant environ cinq mille éducateurs. Elle créé l’Association Montessori Internationale (AMI) dont l’objectif est de préserver et de promouvoir sa pédagogie. Cette association est relayée par des associations nationales, en France, l’AMF : Association Montessori de France.
En 1934, lors de l’avènement du fascisme en Italie, Maria Montessori décide de s’exiler, n’approuvant pas l’atmosphère totalitaire régnant en Italie. Mussolini, qui lui l’admirait, décide alors de fermer toutes ses écoles. Maria Montessori s’installe en Espagne, puis en Hollande lors de l’arrivée de Franco.

De 1939 à 1945, elle fuit de nouveau la guerre en s’installant en Inde, à Madras. Elle y créé de nombreuses écoles et rencontre Nehru, Tagore et Gandhi dont elle devient amie. Elle s’intéresse de plus en plus à la vie intra-utérine et aux nouveau-nés.

De retour en Italie, elle reprend la formation d’éducateurs et rétablit ses écoles à la demande du gouvernement. Elle publie de nouveaux livres. Pour « L’éducation à la paix » elle est est nominée trois fois pour le prix Nobel de la Paix. Elle est décorée de la légion d’honneur en France en 1949 et ovationnée à l’Unesco.
Maria Montessori meurt en Hollande, le 6 mai 1952, à 82 ans, laissant derrière elle un mouvement d’éducation nouvelle repris par son fils Mario Montessori jusqu’en 1985. Une des filles de ce dernier, Renilde, en fut ensuite la secrétaire générale.

Une classe de Maria MontessoriMaria Montessori et un enfant

Maria Montessori était une femme avant-gardiste, spirituelle et dévouée à la cause des enfants.

Depuis sa mort, l’intérêt pour la pédagogie Montessori a continué à se propager à travers le monde. Son message à ceux qui l’ont imité était toujours de tourner son attention vers l’enfant, de « suivre l’enfant ». C’est en raison de ce principe de base, et des directives laissées par son observation, que les idées de Maria Montessori ne deviendront jamais obsolètes.

 

En savoir plus…